Image communaut� d'agglom�ration Caux vall�e de Seine, CVS
  • Inscriptions Transport Scolaire - News - Caux Seine agglo

    Inscriptions Transport Scolaire

    Les modalités d'inscriptions aux transports scolaires évoluent.

    En savoir plus

  • Des plantes rares et menacées répertoriées ! - News - Caux Seine agglo

    Des plantes rares et menacées répertoriées !

    À Saint-Jean-de-Folleville

    En savoir plus

  • Réunion SCOT : Retrouvez l’intégralité des échanges - News - Caux Seine agglo

    Réunion SCOT : Retrouvez l’intégralité des échanges

    Du 27 juin 2022

    En savoir plus

  • Jours fériés : Reports de la collecte des ordures ménagères - News - Caux Seine agglo

    Jours fériés : Reports de la collecte des ordures ménagères

    14 juillet et 15 août 2022

    En savoir plus

  • Ne payez plus le plein, covoiturez avec Karos ! - News - Caux Seine agglo

    Ne payez plus le plein, covoiturez avec Karos !

    Caux Seine agglo et Karos s'associent pour réduire votre budget mobilité !

    En savoir plus

News : Expérimentation de l’éco pâturage caprin

Le 05/07/2021 à 10h00

Expérimentation de l’éco pâturage caprin - News - Communauté de Communes Caux vallé de Seine

Caux Seine agglo a engagé dès novembre 2020 des travaux de renaturation de la zone humide du Caudebecquet à Saint-Wandrille-Rançon/Rives-en-Seine. Objectif ? Rendre à cette zone un fonctionnement plus naturel, en lien direct avec les rivières et le marais de Saint Wandrille situé en amont, classé parmi les espaces naturels remarquables du territoire.

Sur cette zone, entre autres, l’agglomération se heurte à une espèce exotique envahissante : la Renouée du Japon. Bien connue pour être une des principales causes de l’érosion de la biodiversité, cette espèce est particulièrement invasive et donc difficile à contrôler. Pour enrayer ce problème, Caux Seine agglo lance une expérimentation d’éco pâturage caprin, en partenariat avec une entreprise d’insertion professionnelle spécialisée : Naturaul'un (située à Port-Jérôme-sur-Seine). 3 caprins ont pris place sur la zone humide en mai dernier à y resteront jusqu’à novembre 2021. L’écopâturage est une méthode d’entretien des milieux naturels plus respectueuse de l’environnement. Elle génère une empreinte écologique plus faible que le débroussaillage mécanique et permet de traiter les Espèces Exotiques Envahissantes. Les 3 chèvres qui pâturent sont des « chèvres de fossés », une espèce locale, Normande et Bretonne. Ces menons (ou boucs castrés) raffolent des broussailles et plus particulièrement de la Renouée du Japon.


« En fonction des résultats de cette expérimentation, d’autres sites identifiés du territoire, notamment sur la commune de Bolbec, pourraient également en bénéficier » précise Patrick Pesquet, Vice-Président délégué à la planification, l'urbanisme et l'aménagement à Caux Seine agglo.

Plusieurs espèces de plantes exotiques envahissantes sont présentes sur le territoire de Caux Seine agglo, telles que la Buddléia de David, la Renouée du Japon, le Sénéçon et la Balsamine du Cap et l'élodée du Canada.

Elles n’ont pas le même degré d’impact sur leur environnement et leur mode de propagation varie également. Les moyens de lutte sont donc différents d’une espèce à l’autre.

« La lutte contre les espèces envahissantes fait partie intégrante de notre stratégie globale d'action déclinée dans notre Plan Climat Air énergie Territorial et la stratégie de la biodiversité.
Cette expérience en est une des phases opérationnelles », souligne Didier Péralta, Vice-Président en charge des transitions à Caux Seine agglo.

La zone humide du Caudebecquet

Ce site du Caudebecquet, une zone humide très dégradée aujourd’hui dans ses fonctions écologiques, est située dans un contexte remarquable, au sein du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine. Elle s’inscrit dans le site classé de la basse vallée de la Rançon. Qui plus est, il est en contact avec le marais de Saint-Wandrille, inscrit au réseau de protection européen de la nature, Natura 2000, du fait de la richesse et la rareté des espères et habitats qu’il réunit. Un marais longé à la fois par la Rançon et son affluent, la Fontenelle, à quelques dizaines de mètres de la Seine.

Caux Seine agglo juge important de rendre à la zone humide du Caudebecquet son aspect naturel pour favoriser un meilleur dialogue avec les sites remarquables qui le bordent.

Le site du Caudebecquet est défini actuellement comme très dégradé en raison de multiples interventions humaines au fil des ans : la plantation d’une peupleraie qui n’était plus entretenue (aujourd’hui abbatue), l’installation de lagunes artificielles pour permettre la retenue des eaux en provenance de la station d’épuration de St-Wandrille-Rançon et la présence de nombreux remblais de matériaux inertes.

Un chantier en plusieurs temps

Le projet de restauration est échelonné sur trois ans. En novembre 2020, la première étape fût l’abattage des peupliers malades qui menaçaient de tomber. Un chantier de fouille archéologique préventive est lui prévu en 2021. Ce dernier est imposé par la DRAC du fait de la proximité immédiate de l’Abbaye de Saint-Wandrille. S’en suivra la dépollution des lagunes, puis les travaux de renaturation de la zone humide.

Une fermeture par intermittence du GR2 (sentier de la Seine) est prévue pendant toute la durée des travaux afin de sécuriser le site.

La politique de transition énergétique et écologique de Caux Seine agglo

Dans le cadre de sa politique en matière de transition énergétique et écologique, Caux Seine agglo met en œuvre et pilote un ensemble d’actions concertées visant à améliorer l’empreinte environnementale de son territoire. Elle ambitionne de devenir « territoire 100% énergie renouvelable, hors industrie, à l’horizon 2040. Pour ce faire, l’agglo agit en faveur de la biodiversité notamment, en privilégiant les solutions basées sur la nature pour atténuer et s’adapter au réchauffement climatique :

  • constitution d’un atlas intercommunal de la biodiversité et d’une plateforme d’observation de l’évolution de la biodiversité dans le but de préserver, restaurer, gérer et valoriser les continuités écologiques et les réservoirs de biodiversité du territoire.
  • Sensibilisation à l’artificialisation et la perméabilisation des sols
  • Lancement d’une étude de gestion forestière
  • Préservation de la ressource en eau et évolution des pratiques agricoles

Parteger sur Facebook